droits des enfants CEC - BIBI

Service d'Actions Sociales

Actions en Milieu Ouvert - AMO                             Saint Léonard - Thier à Liege - Herstal

Le Centre d’Expression et de Créativité « La Bibi » a participé au challenge et réalisé six illustrations


Droit au bien-être :

Droit aux loisirs:

Droit à un nom et à une nationalité:

Droit à l'éducation:

Droit à un niveau de vie correct:

Droit à la protection contre la vente :

D'où cela vient-il?


La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), ou Convention relative aux droits de l’enfant, est un traité international adopté par l’Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies, le 20 novembre 1989 dans le but de reconnaître et protéger les droits spécifiques des enfants.


Élargissant aux enfants le concept de droits de l'homme tel que prévu par la déclaration universelle des droits de l'Homme, elle introduit le concept d'intérêt supérieur de l'enfant, principe général d'interprétation juridique relevant du droit international privé et consacrant le passage de l'enfant d'objet de droit à sujet de droit. La CIDE est aussi appelée « Convention relative aux droits de l'enfant ».

Elle constitue l'aboutissement d'un long processus international engagé en 1923 par l'Union internationale de secours aux enfants , qui adopte la déclaration de Genève ensuite adoptée en 1924 par la Société des Nations.


C'est en 1959, onze ans après l'adoption de la déclaration universelle des droits de l'homme, que l'Assemblée générale des Nations unies adopte la première déclaration des droits de l'enfant, qui donnera lieu, trente ans plus tard en 1989, au texte actuel rédigé à l'initiative de la Pologne dès 1978 sur le fondement des idées du pédiatre polonais, le Dr.Janusz Korczak.


Elle se complète de protocoles facultatifs que les États parties à la convention sont libres de ratifier, ou non. Le suivi régulier de l'application de la convention et des protocoles facultatifs est assuré par le comité des droits de l'enfant placé auprès du Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme.


En l'honneur de cette Convention est organisée tous les 20 novembre, la journée internationale des droits de l'enfant.

Illustrations :

Photo et texte de réalisés par le CEC la BIBI

Droit à la protection contre la vente :


Qu'est ce que cela veut dire?


L'enfant a le droit d'être protéger contre la vente. L'enfant ne peut être vendu à d'autres personnes ni enlevé.


Ce droit est connut au niveau national et international. On sait que dans certains pays du monde, il existe encore des trafics d'enfants.

Droit à un niveau de vie correct :


Qu'est ce que cela veut dire?


L'enfant a le droit d'avoir un niveau de vie qui lui permet de se développer normalement. Ce sont les parents qui ont la responsabilité du développement. Si nécessaire, c'est le pays qui devra aider les parents surtout en ce qui concerne la nourriture, les vêtements et le logement.

Droit à l'éducation:


Qu'est ce que cela veut dire?


Plusieurs type d'école ont vu le jour depuis l'époque de la Grèce antique. Il y a eu l'école de la philosophie, le Lycée, l'Académie Palatine, les Universités, le Collège Jésuite, le Collège Royal, les école Polytechniques…

Toutes ces écoles nous ont amenés à l'école actuelle que l'on connaît.


Le droit à l'éducation comprend quatre caractéristiques :

* dotations: L'État doit mettre en place un système où il y a suffisamment d'écoles et de veiller à éradiquer tous les motifs de discriminations.

* accessibilité: permettre à chaque enfants l'accès à l'éducation sans discriminations et à faible coût.

* acceptabilité: les normes de qualités, de sécurités et de salubrités doivent être respectées.

* adaptabilité: il doit y avoir une concordance avec l'âge, l'enseignement extrascolaire doit être accessible pour ceux qui n'ont pas accès à l'école (enfants ou jeunes privés de liberté, réfugiés…)


Ce droit est reconnu au niveau national et international. On sait que dans certains pays, beaucoup d'enfants ne vont pas à l'école et ce pour diverses raisons (pas assez d'école, pas les moyens et il faut travailler…)

               

Droit à un nom et à une nationalité:

(art. 7)

Qu'est ce que cela veut dire?


À sa naissance, l'enfant a le droit d'avoir un nom, un prénom et une nationalité. La nationalité permet de faire partie d'un pays et d'être accueilli et protégé par celui-ci.

Droit aux loisirs :


Qu'est ce que cela veut dire?


L'enfant a le droit de se reposer, de jouer, de participer à des activités récréatives. Il a aussi le droit de participer à des activités culturelles et artistiques de son âge.

Droit au bien-être :


Qu'est ce que cela veut dire?


L'enfant a le droit de vivre dans des conditions matérielles nécessaires à son développement physique, mental, spirituel, moral et social.

Tout ce qui concerne l'enfant doit être pris dans son intérêt.

Les institutions chargées du bien-être de l'enfant telles que l'école, la police… doivent aider et protéger efficacement l'enfant.


Cinq dimensions clés se dégage pour exprimer ce qu'est le bien-être:


1) «la disponibilité positive» c'est la possibilité de vivre une vie d'enfant adaptée à l'âge et à évolution personnel de l'enfant.

2) «le bien-être reçu» c'est celui qui vient seul à l'enfant sans que celui-ci doive faire quoi que ce soit.

3) «le bien-être culturel et social» a besoin dans un cadre et d'une envie de l'enfant. Cette forme de bien-être demande de trouver une place dans un groupe.

4) «le bien-être psychologique et moral» c'est celui qui vise à se sentir bien avec soi-même, d'être à l'aise avec ce que l'on est et ce qu'on veut devenir.

5) «le droit d'exprimer sa propre vision des choses et de revendiquer ce à quoi on estime avoir droit». L'enfant a le droit d'avoir un impact sur ce qui l'entoure sur les éléments matériels mais aussi les règles.

Copyright © All Rights Reserved                                                      Service d'Actions Sociales                                                     Rue vivegnis 291 à 4000 Liege

04/227.11.82

Nos actions sont subventionnées ou ont été subventionnées par : La fédération Wallonie Bruxelles, "Avec le soutien de la Wallonie" et l'intervention du Fonds d'Impulsion.